Cléo de 5 à 7 (Agnès Varda-1962)

Posté par Mel le 22 janvier 2010

Merci Guillaume pour ce cadeau!!!

Je suis trop trop contente!!! Sourire

J’attends ce dvd avec impatience !

Bises!!

 @ +

Clin doeilMel

Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à “Cléo de 5 à 7 (Agnès Varda-1962)”

  1. GUILLAUME dit :

     » I believe for ev’ry drop of rain that falls,
    a flower grows,
    I believe that some where in the darkest night,
    a candle glows,
    I believe for ev’ry one who goes a stray,
    some one will come to show the way,
    I believe a bove the storm the smallest pray’r
    will still be heard,
    I believe that some one in the great some where hears evr’y word,
    Ev’ry time I hear a new born baby cry,
    or touch a leaf,
    or see the sky,
    I know why,
    I believe …
    Je crois que, pour chaque goutte d’eau qui tombe, une fleur pousse,
    Je crois que, quelque part dans la nuit sombre, une lumière brille,
    Je crois que, pour chaque personne qui s’égare, quelqu’un viendra montrer le chemin,
    Je crois que, par dessus la tempête, la plus petite prière sera entendue,
    Je crois que quelqu’un, dans l’infiniment grand, entend chaque parole,
    Chaque fois que j’entends le cri d’un nouveau-né ou que je touche une feuille
    … ou que je vois le ciel
    Je sais pourquoi je crois  »
    Et
    Chaque fois que tu nous dis :  » aujourd’hui je vais mieux …  »
    Je sais pourquoi je crois …
    Espérance
    Guillaume

  2. GUILLAUME dit :

    Pour toi Mel, un des plus beaux poèmes … une des plus belles chansons du vingtième siècle :

    J’en ai tant vu qui s’en allèrent
    Ils ne demandaient que du feu
    Ils se contentaient de si peu
    Ils avaient si peu de colère,
    J’entends leurs pas, j’entends leurs voix
    Qui disent des choses banales
    Comme on en lit sur le journal
    Comme on en dit le soir chez soi,
    Ce qu’on fait de vous hommes, femmes,
    O pierre tendre tôt usée !
    Et vos apparences brisées
    Vous regarder m’arrache l’âme !

    Les choses vont comme elles vont
    De temps en temps la terre tremble !
    Le malheur au malheur ressemble
    Il est profond profond profond !
    Vous voudriez au ciel bleu croire
    Je le connais ce sentiment
    J’y crois aussi moi, par moments,
    Comme l’alouette au miroir !
    J’y crois parfois je vous l’avoue
    A n’en pas croire mes oreilles
    Ah je suis bien votre pareil !
    Ah je suis bien pareil à vous !

    A vous comme les grains de sable
    Comme le sang toujours versé
    Comme les doigts toujours blessés
    Ah je suis bien votre semblable !
    J’aurais tant voulu vous aider
    Vous qui semblez autres moi-même
    Mais les mots qu’au vent noir je sème
    Qui sait si vous les entendez ?
    Tout se perd et rien ne vous touche
    Ni mes paroles, ni mes mains
    Et vous passez votre chemin
    Sans savoir que ce que dit ma bouche !

    Votre enfer est pourtant le mien
    Nous vivons sous le même règne !
    Et lorsque vous saignez je saigne
    Et je meurs dans vos mêmes liens,
    Quelle heure est-il, quel temps fait-il ?
    J’aurais tant aimé cependant,
    Gagner pour vous, pour moi perdant
    Avoir été peut-être utile !
    C’est un rêve modeste et fou
    Il aurait mieux valu le taire
    Vous me mettrez avec en terre
    Comme une étoile au fond d’un trou
    ( Louis Aragon – Jean Ferrat )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Son Corps à Coeur |
rayondesoleil22 |
merci mon by pass |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cigarette électronique
| Quantum SCIO
| Le Mangoustan